Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rue du Blogule Rouge Insoumis

Rue du Blogule Rouge Insoumis

Dans la rue du blogule rouge on s'intéresse à toutes les affaires de la cité et des citoyens.

Publié le par rue du blogule rouge
Sortir du nucléaire, est-ce bien urgent ?

Certains imaginent que ce débat, à l’heure où les boîtes licencient, à l’heure où les ordonnances Macron  laminent les droits des travailleurs, à l’heure où pour s’enrichir encore davantage les Riches appauvrissent encore davantage les Pauvres, ne serait pas urgent et ne serait pas une priorité.

 

Comme si, en cas d’accident nucléaire, par exemple, Riches ou Pauvres, patrons ou chômeurs, rentiers ou retraités, ne seraient pas tous dans tous dans la même galère.

Faut-il rappeler les gravissimes accidents survenus à Three Mile Island, à Tchernobyl ou à Fukushima ? Ou parler des dizaines d’incidents et d'alertes, de dangerosité variable, c'est vrai, survenus en France depuis le lancement du programme d’énergie nucléaire, c’est-à-dire depuis les années 60 ? Dans notre région aussi, la centrale du Blayais présente des risques, d’inondation en particulier, puisqu’elle est construite au bord de la Gironde. Inondation qui s’est déjà produite en 1999 et pourrait se reproduire avec la hausse du niveau des océans, due au réchauffement climatique, malgré la construction de digues de protection qui viennent par ailleurs renchérir le coût réel de son électricité.

 

 

Comme si les déchets produits par les centrales nucléaires pouvaient être traités avant la fin de leur nocivité, dans quelques centaines de milliers d’années, et comme s'ils n'étaient pas enfouis n’importe où et dans n’importe quelles conditions.

Savez-vous que 100 000 tonnes de déchets reposent au fond des océans, jusqu’à ce que ce soit interdit en 1993 ? Que la France en produit à elle seule environ 340 tonnes par an et qu’ils seraient bientôt enfouis à Bure/Saudron (Meuse et Haute-Marne) sans qu’on puisse en certifier l’innocuité pour l’environnement ? Et ce malgré les réserves émises par l’ASN (Autorité de sûreté nucléaire) qui craint des départs de feu avec l’augmentation de la température induite par les déchets ! En attendant, 40 000 fûts sont entreposés à Marcoule dans le Gard. Faut-il continuer l’accumulation ? Faut-il continuer à faire l'autruche ?

 

Comme si la fameuse “indépendance énergétique de la France“ grâce au nucléaire n’était pas un leurre puisque la totalité des 8 à 9000 tonnes annuelles d’uranium nécessaire aux centrales françaises est importé par AREVA du Kazakhstan ou du Niger.

 

Comme si les centrales françaises n‘avaient pas une durée de vie limitée, estimée lors de leur construction, à 40 ans, mais que le gouvernement veut prolonger par de nouveaux ravalements, sachant que ce “grand carénage“ coûtera à la collectivité au bas mot 50 milliards d’euros selon EDF mais  près de 100 milliards d’euros selon la Cour des Comptes.

 

Comme si la construction de réacteurs de nouvelle génération comme l’EPR de Flamanville ne faisait pas que repousser l’échéance de la transition vers des énergies renouvelables. Et ce malgré tous les déboires qu’il a connus depuis 2007 et le triplement de la facture, aux alentours de 10 milliards d’euros  contre 3 prévus à l’origine !

 

Oui, il est plus qu’urgent de programmer dès maintenant l’arrêt de ce mode d’énergie car le démantèlement des centrales ne se fera pas du jour au lendemain. Il faut le décider et l’organiser tout de suite. Il faut surtout, en remplacement, commencer réellement à développer les énergies renouvelables.

 

 

La planète est unique et nous vivons tous dessus !

Le nucléaire, c’est dangereux !

Le nucléaire ça provoque des déchets incontrôlables !

Le nucléaire c’est cher !

Le nucléaire, c’est obsolète !

 

Alors oui, il est urgent d’en sortir !

 

Ce que propose la France insoumise dans  son programme, l’Avenir en commun :

  • D’assurer la fermeture immédiate de Fessenheim (en garantissant l’emploi des salariés pour en faire un site pilote du démantèlement)
  • D’abandonner l’opération du “grand carénage“ visant à prolonger la vie des centrales nucléaires au-delà de quarante ans
  • D’abandonner les projets d’EPR (Flamanville et Hinkley point) et d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure
  • De rendre publiques les données sur l’enfouissement des déchets nucléaires depuis soixante ans et informer sur les dangers  sanitaires avérés et/ou éventuel
  • De fixer à l’horizon 2050  les 100% d’énergie renouvelable en France en adoptant un plan de transition énergétique qui permette de développer l’ensemble des énergies renouvelables, de sortir des énergies carbonées
  • De stopper la privatisation des barrages hydroélectriques
  • De créer un pôle public de l’énergie pour mener une politique cohérente, en renationalisant EDF et Engie (ex-GDF) en lien avec des coopératives locales de production et de consommation d’énergies renouvelables et en favorisant l’autoproduction et le partage des excédents.
  • De revenir sur la libéralisation du marché de l’électricité et d’abroger la loi Nome

 

Et aussi :

 

  • De développer les énergies marines renouvelables (EMR) dans le cadre du plan de transition énergétique et d’une maîtrise publique des installations des réseaux.
  • De refuser l’abandon de la filière d’énergie marine et d’assurer son développement industriel par la nationalisation de la branche Énergies marines d’Alstom, cédée à General Electric, de la branche éolienne d’Areva, cédée à Siemens.

 

Et encore :

  • D’assurer l’isolation d’au-moins 700000 logements par an
  • De renforcer les programmes locaux de détection des passoires énergétiques, avec davantage de moyens humains et financiers

 

Sortir du nucléaire, est-ce bien urgent ?
Sortir du nucléaire, est-ce bien urgent ?
Sortir du nucléaire, est-ce bien urgent ?
Commenter cet article

Articles récents

Rue du Blogule Rouge, 17180 Périgny, annonce la couleur : c'est rouge !

Hébergé par Overblog