Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rue du Blogule Rouge Insoumis

Rue du Blogule Rouge Insoumis

Dans la rue du blogule rouge on s'intéresse à toutes les affaires de la cité et des citoyens.

Publié le par ruedublogulerougeinsoumis
Faut-il s’inquiéter des décisions du PCF ?Faut-il s’inquiéter des décisions du PCF ?Faut-il s’inquiéter des décisions du PCF ?

Le PCF a décidé de présenter son secrétaire national aux élections présidentielles de 2021. En tous les cas, les dirigeants du parti l’ont décidé. Reste à savoir ce qu’en penseront les militants qui doivent s’exprimer début mai.

 

Alors que depuis deux élections (présidentielles) le vote populaire en alliance avec Mélenchon et la FI et en faveur d’une rupture avec le capitalisme, avait permis, au lieu des moins de 2% réalisés par cette mouvance anti capitaliste en 2007, de passer à 11 puis à 19%, cette fois, le PCF, sans l’ombre d’un argument politique, préfère une candidature issue de ses propres rangs mais qui n’a aucune chance de s’imposer.

 

En tant qu’ancien membre de ce parti, mais toujours concerné par son idéal, cette position me gonfle, c’est sûr. Elle n’est pas basée sur une différence programmatique avec la FI, le seul véritable point de divergence étant l’énergie nucléaire, à laquelle les communistes sont favorables et les Insoumis opposés. Et quant à ce différend, un référendum, par exemple, pourrait trancher la question.

 

Elle est donc uniquement tactique et on se demande bien pourquoi les camarades du parti abandonneraient une telle occasion de rompre avec le régime actuel et d’appliquer leur propre programme social, politique et international, lequel ressemble en effet dans ces domaines comme deux gouttes d’eau à l’AEC (Avenir en Commun).

 

La nouvelle tactique du PCF consisterait-elle donc à ne plus tenir compte des réalités sociales et politiques pour privilégier une candidature de témoignage ? Adieu les nécessités de changement pour le pays, bonjour les magouilles avec le PS pour exister encore nominalement aux législatives.

 

Au lieu d’une alliance bénéfique pour créer une espérance populaire de changement, les cadres, en tirant un trait sur les présidentielles, prennent par ailleurs le risque de faire imploser leur parti. Car si une proportion importante (même minoritaire) des militants se ralliait en mai au pragmatisme et décidait de soutenir Mélenchon, ce ne serait pas le score, forcément ridicule, que le parti réalisera aux présidentielles (et donc aux législatives qui suivent, même en cas d’alliances douteuses avec le PS) qui lui éviterait un destin à l’italienne. Il se retrouverait au bord de la disparition. Je le regrette, car en tant que force proposant une société communiste libérée de l’exploitation capitaliste, je trouve qu’il a encore toute sa place en France (et dans le monde).

 

En tant que soutien de la FI, néanmoins, je ne me soucierai pas de cette décision. J’aurais tendance à dire : « Votre suicide vous regarde, camarades !  Si vous estimez plus important de montrer votre particularisme au sein de la mouvance anti capitaliste plutôt que d’essayer de proposer avec nous le plus rapidement possible une société différente et meilleure aux Français, libre à vous, c’est votre décision. »

 

Les voix de la FI, elles, doivent être recherchées auprès des abstentionnistes habituels ou plus récemment déclarés, sans compter sur le pauvre 1 ou 2% que rapporterait l’aval officiel des communistes. Le PC passera-t-il miraculeusement et par la grâce de l’inconnu du grand public, Fabien Roussel, de 2 à 15% ? Tant mieux alors, la conséquence pourrait en être une victoire de la FI au 2ème tour !

La force militante du parti, dont il est si fier ? On s’en passera ! Il faut que Mélenchon soit au deuxième tour et que tous les électeurs du PC votent aussi pour lui, mais surtout bien d’autres aussi. Point barre.

 

Notre stratégie à nous, ce n’est pas de faire basculer l’électorat communiste en notre faveur, c’est de convaincre le peuple de France (et par peuple, il ne s’agit évidemment pas des oligarques mais bien de tous ceux qu’ils exploitent).

 

Georges Marchais, dans “le défi démocratique“, n’écrivait-il pas (il y a presque 50 ans mais c’est encore d’actualité) : « C’est avec l’immense majorité des Français que nous croyons possible et nécessaire de mener cette bataille (l’Union populaire) » et plus loin : « Il n’est pas nécessaire que nous soyons d’accord sur toutes choses. Il suffit que nous souhaitions, les uns et les autres, un changement démocratique, une société plus juste et plus libre. »

 

Alors, camarades ou non, citoyens de tous les bords, votez pour notre programme de rupture avec le capitalisme, l’AEC et son représentant, Mélenchon, au premier et au deuxième tour !

Commenter cet article

Articles récents

Rue du Blogule Rouge, 17180 Périgny, annonce la couleur : c'est rouge !

Hébergé par Overblog