Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rue du Blogule Rouge Insoumis

Rue du Blogule Rouge Insoumis

Dans la rue du blogule rouge on s'intéresse à toutes les affaires de la cité et des citoyens.

Publié le par ruedublogulerougeinsoumis

Un peu plus de 100 000 personnes sont déjà venues en direct sur Internet voir le meeeting de campagne présidentielle de JL. Mélenchon, "en réalité augmentée“. Il ne s'agissait ni des émigrés, ni de la peur des agressions, ni d'islamo-chrétino-gauchisme, mais du problème bien plus important pour nous tous de l'eau dans le monde et en France en particulier. 

Mélenchon analyse la situation et fait des propositions. Ce sont celles de l'Avenir en commun.

 

 

 

 

 

Un exemple de surexploitation de l'eau nous est donné par Mathilde Panot qui, en tant que Présidente de la commission d'enquête sur l'eau de l'Assemblée nationale, s'est particulièrement intéressée à Vittel.  Voici son récit :

Commission d'enquête sur l'eau !
 
 
 
Épisode à Vittel
 
 
Vendredi et samedi, comme Présidente de la commission d’enquête, j’étais à Vittel, lieu emblématique de la bataille de l’eau.
 
Depuis 50 ans, Nestlé Waters pompe l’eau des trois nappes phréatiques pour la vendre en bouteilles en plastique sous les marques Vittel, Contrex et Hépar. Depuis plusieurs années, les alertes scientifiques et associatives se multiplient sur la surexploitation de la nappe la plus profonde, qui alimente les habitants en eau du robinet. Avec la commission d’enquête, nous avons donc vendredi fait des visites de terrain avec le collectif eau 88 qui lutte pour défendre la priorité de l’eau aux habitants, puis mené de nombreuses auditions : associations, acteurs économiques, représentants de l’État. Dimanche, auditions des élus, visite de l’usine Nestlé Waters (pas de photo, secret commercial et industriel), rencontre avec les syndicats de l’usine puis audition des dirigeants de Nestlé.
 
L’histoire de Vittel nous a été racontée dans le parc thermal de la ville, et est intimement liée à la famille Bouloumié qui a commencé à exploiter l’eau il y a près de 150 ans. Guy de la Motte Bouloumié, maire de Vittel et PDG de la Société des eaux de Vittel de 1979 à 1992, l’écrivait à ses concitoyens : « Mes responsabilités, après tant d’années passées à vos côtés, m’autorisent à vous demander de ne jamais laisser, sous quelque prétexte que ce soit, déprécier le patrimoine municipal, démanteler le patrimoine thermal et porter atteinte à l’industrie d’embouteillage qui sont le moteur de la vie vitteloise » (On notera sur un combat politique qui nous est cher, que l’affluence aux cures thermales se raréfie du fait de la suppression de la ligne de train Nancy- Vittel en 2016).
 
 
En 1992, Nestlé Waters rachète l’usine.
 
 
Tout le monde est aujourd’hui d’accord pour dire que la nappe phréatique la plus profonde s’épuise, dû aux prélèvements trop importants. Le niveau des 2 nappes plus superficielles ne fait pas l’objet de données, impossible de connaitre leurs niveaux. Et la sécheresse est là depuis plusieurs années et aggrave le problème de surexploitation de la ressource en eau.
Nous sommes ainsi passés par les petites communes de Lignéville et Dombrot-Le-Sec qui ont dû depuis plusieurs étés, être approvisionnées en eau par camion-citerne.
 
 
La cause de cette surexploitation ? Nestlé Waters préfère pointer du doigt les prélèvements pour l’eau potable qui pourraient être diminués en améliorant les rendements des réseaux d’eaux (pour qu’il y ait moins de fuite) ou une fromagerie de Munster qui achète de l’eau pour sa production. Pourtant le plus gros préleveur, c’est bien la multinationale suisse qui produit 1,5 milliards de bouteilles par an, dont une bonne partie est exportée à l’étranger. L’eau pompée dans la nappe surexploitée qui manque aux habitants et aux écosystèmes l’est pour aller 100% à l’export pour une eau appelée Vittel-Bonne Source, uniquement pour le goût des consommateurs allemands (marque introuvable en France) !
 
 
Nestlé Waters, c’est aussi sa filiale Agrivair, qui possède 6000 hectares de terrain agricole et sylvicole pour protéger la ressource en eau avec une charte 0 pesticide mais aussi des conflits d’usages très forts : un couple de paysans a été obligé de partir car Agrivair lui refusait l’accès à l’eau pour ses moutons. Et une ressource mise en danger par les décharges plastiques nombreuses sur le territoire à proximité des captages (Nestle en a connaissance depuis 2014 mais n’agit en rien – zoomez sur la photo vous verrez que le monticule entier n’est fait que de bouteilles de plastiques !)
 
 
Les associations nous ont montré une rivière à sec, phénomène extrêmement inquiétant puisque nous sommes dans la période où la recharge en eau devrait être maximale.
 
 
Nestle Waters c’est une plainte déposée pour 9 forages illégaux et un système d’influence politique qu’on effleure du doigt par le procès qui se tiendra prochainement contre une élue et une association pour « prise illégale d’intérêt » suite à l’abandon du projet de pipeline grâce à la mobilisation citoyenne et associative (projet de faire venir de l’eau par pipeline pour compenser la baisse de la nappe et ainsi continuer de laisser Nestle pomper autant qu’il le voulait)
 
 
Nestle Waters, comme me le disait un élu, c’est aussi un chantage à l’emploi. La multinationale se gardant bien de dire qu’en 2011 il y avait 1300 emplois et qu’il n’y en a plus que 900 aujourd’hui. C’est un territoire entier sous emprise de l’embouteillage : les emplois de Nestlé, les emplois de l’usine de bouchons…Mais sans eau, plus d’emploi à Nestlé ni pour la région !
 
 
Vous l’aurez compris, Vittel est le lieu symbolique des conflits d’usage de l’eau quand on préfère l’eau pour le profit plutôt que pour la vie.
 
 
 
La loi de 2006 donne pourtant la priorité aux usages des habitants et des milieux naturels.
Nous proposerons des recommandations dans notre rapport de commission d’enquête pour qu’aucune multinationale ne puisse piller notre eau !
 
 
Commenter cet article

Articles récents

Rue du Blogule Rouge, 17180 Périgny, annonce la couleur : c'est rouge !

Hébergé par Overblog