Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rue du Blogule Rouge Insoumis

Rue du Blogule Rouge Insoumis

Dans la rue du blogule rouge on s'intéresse à toutes les affaires de la cité et des citoyens.

Publié le par rue du blogule rouge

Rue du Blogule rouge publie ici la déclaration du Parti de Gauche concernant les prochaines élections municipales à La Rochelle. Des enseignements sont bien sûr peut-être à en tirer pour les autres communes de la CDA !

Les municipales et le rassemblement de la gauche... DEBATTONS !

DÉCLARATION POLITIQUE du Comité Ouest 17 du Parti de Gauche :

Le municipal et le national sont liés : il faut une liste autonome FdG élargi à La Rochelle !

--------------------------------

Les prochaines élections municipales auront lieu les 9 et 16 mars 2014 dans toutes les villes de France. Ces échéances doivent être perçues par les citoyens comme des moments de lutte au même titre que les luttes sociales actuelles.  En la matière, notre message est clair : nous ne voulons pas déconnecter les échéances électorales des échéances sociales et politiques.

 

Ces élections sont importantes et structurent la vie politique.

 

Notre tâche doit être de concrétiser les espoirs des luttes, des attentes et exigences actuelles. A La Rochelle, nous n'entendons pas jouer les seconds rôles ou les vassaux. Pour ces élections, notre ambition est citoyenne et sans limite, notre stratégie est claire : « autonomie conquérante » ! Nous la proposons à toutes les forces de gauche disponibles qui refusent l’austérité et ses implications locales. A La Rochelle comme ailleurs, nous sommes déterminés à présenter autant que possible une liste autonome et indépendante du PS, et de ses satellites.

 

Notre stratégie va être discutée et faire débat chez nos amis et partenaires. Pas de problème ! Nous souhaitons qu’un débat constructif intervienne avec eux.

 

Que chacun prenne le temps de la réflexion.

Nous pensons notamment à nos camarades du PCF Rochelais. Nous leur disons de manière directe et fraternelle : nous voulons des listes Front de Gauche (élargies à d’autres forces de gauche anti-austérité et/ou à des personnalités partageant nos analyses).

Tout en respectant, sans perdre de temps, le calendrier de chacun dans l’élaboration du projet, il est concevable de penser que la stratégie sera payante. En effet nos forces peuvent acquérir un poids politique réel au sein du Conseil Municipal. Nous avons donc un grand intérêt commun à la construire.

 

Mais, quelles que soient les décisions finales des uns et des autres, le PG sera partie prenante d'une liste indépendante de celle du PS. Pour cela, nous sommes en train de nous organiser : les choses avancent bien.

 

Nous sommes en désaccords de fond avec ceux qui soutiennent ce gouvernement austéritaire et que l'on ne vienne pas nous dire que le national et le local ne sont pas liés !

 En premier lieu, il convient d'écarter l'argument du bilan annoncé par certains, car des acquis vieux de 10 ou 20 ans, voire plus, ne sauraient a eux seuls, justifier la « non-autonomie » pour la mandature municipale à venir au regard des orientations et choix politiques du gouvernement sur le plan national, européen et leurs conséquences locales.

En effet, il faut répondre à une question plus fondamentale. Pourquoi présenter une liste autonome  du PS ?

Ainsi, la constitution d’une liste aux élections municipales à La Rochelle répond à une réalité sociale et politique qui ne peut être résolue que par un programme de gauche donc anti libéral et anti-austéritaire, donc de choix politiques !



Quelques exemples :

 

- l'Hôpital : C'est une réalité politique majeure à La Rochelle. De réforme hospitalière en réforme de la gouvernance, de la tarification à l'acte (T2A) et à la Révision Générale des Politiques Publiques (R.G.P.P.), c'est la même politique, initiée sous la droite et aujourd'hui poursuivie par le parti solférinien (PS) et ses alliés, avec les mêmes conséquences pour les personnels (qu'ils soient soignants ou pas) et usagers du service public hospitalier.

 

Hier, il fallait maîtriser les budgets, aujourd'hui, il faut être « rentable » !

Investir ou maintenir l'emploi ? Les technocrates aux manettes de la gestion hospitalière ont fait le choix de casser l'emploi dans un centre hospitalier déjà en sous-effectifs et pliant sous le poids de dettes illégitimes. Aujourd'hui, il faudrait sacrifier 5 jours de RTT (1/2 H de travail gratuit par jour), 70 emplois, etc... pour continuer à moderniser l'Hôpital de La Rochelle et demain quoi d'autre ?

Désormais, le PS possède tous les pouvoirs sans exception : Gouvernement, Assemblée nationale, Sénat, Région, Mairie... Que lui faut-il de plus pour agir et prendre des mesures énergiques, abroger la Loi Bachelot HPST et la tarification à l'acte (T2A) ? Qu'attend le président du conseil de surveillance de l'Hôpital (par ailleurs Maire PS de la Rochelle) pour s'opposer à cette casse humaine et sociale ? Il la cautionne, il la défend même ! Que disent ses amis candidats déclarés ou pas ? Rien !

 

- la fiscalité ! Qui osera nous dire que la politique austéritaire du gouvernement, la MAP "Modernisation de l'Action Publique" (ex RGPP), et autres transferts de compétences sans compensation n'ont pas de conséquences locales ?

La candidate socialiste potentielle, par ailleurs adjointe PS aux finances de La Rochelle, n'écrit elle pas, pour justifier la rigueur à venir et déjà perceptible  : « la raréfaction de l’argent public »,... « Toutefois, nous devons prendre conscience de la nécessité de certains changements. D’abord, la crise économique qui secoue notre pays n’est sans doute pas conjoncturelle »,... «Les contraintes financières et nos choix stratégiques devront être systématiquement présentés et expliqués aux Rochelais. »

 

Oui, les Rochelais après avoir eu à subir les conséquences des contraintes financières liées à la politique de Sarkozy, vont avoir à supporter les mêmes pressions dûes à la politique du couple Ayrault/Hollande. Manifestement la candidate socialiste entend appliquer localement la doctrine social-libérale d’accompagnement du capitalisme puisqu'elle écrit dans le même billet : « Si une collectivité ne peut lutter à elle seule contre le chômage de masse et la précarisation des citoyens, elle a en revanche le devoir de les accompagner au mieux. »

 

Ainsi, le rôle des futurs élus municipaux socialistes et « partenaires » sur une liste commune serait limité à tenter d'accompagner les conséquences de la politique nationale du PS. Pour le Parti de Gauche, c'est inacceptable.

 

- la réforme des rythmes scolaires » : Le champ des activités périscolaires incluses dans l'emploi du temps n'étant pas clairement définies, on substitue progressivement "activité" à "enseignement". L'école est réduite à la portion congrue "lire, apprendre, compter". Cette réforme constitue, en vérité, la porte d'entrée à la fin de la gratuité et par conséquent de l’obligation scolaire, mais également un transfert sur les collectivités locales d'une compétence nationale sans leur en donner les moyens financiers et humains. Le coût pour La Rochelle, 70 postes à financer, soit au minimum 530 000 € pour une application théorique en 2013 qui viendra alourdir la fiscalité locale et gréver le porte monnaie des parents, voire encore, favoriser l'entrée dans la sphère publique des « marchands » comme TOTAL pour "offrir leur service"

 

On pourrait continuer à pointer les autres thèmes sur lesquels nous ne sommes pas d’accord avec le PS du national..... au local. Où en sont les services publics pour les usagers ? - Dans quels secteurs avons-nous progressé en termes de gratuité ? Aucun. - Pire, en le passant en Société Publique Locale, nous avons privatisé le service des Pompes funèbres et du Crématorium de La Rochelle. La qualité du ramassage des déchets ménagers recule et le coût augmente pour les usagers, le service des déchetteries se détériore et s'éloigne des lieux de vie.

 

- Comment ne pas prendre en compte les difficultés croissantes des personnels de la Ville de La Rochelle sans lesquels aucun service public de qualité n’est réellement possible ? La précarité, les bas salaires et les conditions de travail difficiles restent de mise.

 

- On peut aussi souligner les bonnes opérations pour les groupes privés comme Véolia Transport Transdev avec Yelo et Urbaser pour la collecte en porte à porte des ordures ménagères et le ramassage des conteneurs enterrés.

 

- Que dire de l'extension des transferts vers le privé par des délégations de services publics (DSP) pour assurer la gestion des équipements publics ? En la matière, une circulaire de la Direction Générale des Finances publiques du 3 juin 2013, adressée à ses cadres territoriaux, les incite à convaincre les élus locaux de ne pas « remunicipaliser » les services publics qui auraient fait l’objet d’une délégation au privé. Qui osera encore prétendre que les élections municipales ne sont qu'une affaire locale ?

 

- Que dire du financement pour 170 000€ d'entreprises low-cost (dont Ryanair) qui viennent non seulement concurrencer nos entreprises publiques mais qui, pour l'une d'entre elles, est poursuivie devant la justice française pour ses pratiques instaurées visant à contourner les cotisations sociales et règles fiscales ainsi que le droit du travail français. Qui peut prétendre qu'ils ne savaient pas !

 

- Peut-on oublier la politique industrielle calamiteuse qui laisse s'installer, sans contrainte d'aucune sorte, des entreprises venant concurrencer les productions locales ou régionales, polluer notre environnement, détériorer nos infrastructures routières et remettre en cause le cadre de vie des populations riveraines sans que la majorité socialiste y trouve à redire ?

 

La construction locale d’une vraie force de gauche lors des municipales est le meilleur moyen de combattre la droite et d’empêcher que l’UMP s’empare de la ville. NON, La Rochelle ne doit surtout pas passer entre les mains de l’UMP et de son extrème, le FN. Cette menace de retour de la droite n’est pas suffisamment crédible pour abandonner notre feuille de route.

 

Nous serons clairs : les premiers pourvoyeurs de voix de l’extrême droite sont à l’Elysée, à Matignon et rue de Solférino ! Le PG, et le FdG, n’ont à nourrir aucun complexe dans la lutte contre la droite et l'extrème droite. En plaçant l'Humain d'abord, nous restons les meilleurs adversaires politiques et idéologiques de l'UMP, du FN et consorts.

 

De plus en plus de femmes et d’hommes aspirent à un véritable changement. C’est cela qu’il faudra incarner dans cette campagne en parlant au cœur et à l'intelligence des Rochelais dont le cadre de vie se détériore, où les problèmes s’additionnent.

 

Le municipal et le national sont donc liés : il faut des listes autonomes !

 

Il est même fondamental de faire des listes autonomes, indépendantes du PS car : c’est ce parti qui, par ses choix politiques, est aujourd’hui responsable de l'austérité y compris pour les collectivités locales, notamment en poursuivant la RGPP, devenue aujourd'hui, sans rien avoir changé au fond la MAP dite « Modernisation de l'Action Publique » ; c’est ce parti qui, par ses choix politiques, va encore l'aggraver via « l'acte III de la décentralisation », et le « Grand Marché Transtlantique » s'il était mené à son terme.

 

Vivons dans le présent et non dans le passé. Il faut des listes autonomes parce que le Front de Gauche a aussi l’ambition de supplanter le PS, le plus tôt possible et que chaque étape électorale doit être vécue comme un pas décisif dans ce projet accessible et cohérent.

C’est une exigence de clarté. Les conséquences de la politique de Hollande/Ayrault, subordonnées aux coups de menton et réprimandes de la Commission européenne, pèsent quotidiennement sur les Rochelais (on l'a vu pour l’Hôpital) comme sur l'ensemble des Français. Les problèmes de pouvoir d’achat, d'emploi, d'environnement... se font sentir tous les jours à La Rochelle comme partout en France.

 

Comment faire ? Comment mettre un coup d’arrêt à cette politique absurde qui produira encore plus de chômage dans les mois qui viennent ? Est-ce possible en votant aux municipales pour les listes du parti qui la met en œuvre ? Qui peut croire cela ? Comment refuser la scandaleuse agression contre les retraites que prévoient F. Hollande et J.-M. Ayrault en défendant leurs candidats au premier tour des municipales ?

 

Ce n’est pas pour ça que s’est construit le Front de Gauche mais pour un projet de profond changement .

 

Qui peut croire qu’il existe deux mondes totalement distincts : le national et le municipal ? Que les actes des uns n'auraient pas de conséquence sur ceux des autres ? Les Rochelais ne sont pas stupides ! Dans cette ville, comme ailleurs, les débats nationaux induisent les choix politiques locaux. Si, de plus en plus de Rochelais désapprouvent la politique du gouvernement, il y a peu de chances qu’ils votent pour les listes que ce dernier soutient.

 

Ceux qui expliqueraient que les électeurs font la distinction entre leurs candidats et élus locaux PS et ce qu’ils pensent des choix du gouvernement, manquent d'information ou de discernement.

 

Seule, la construction d’une force politique locale résolument à gauche permettra de lutter contre l’abstention et évitera dans l’esprit des citoyens le recours trompeur au Front National.

Non, nous ne divisons pas la gauche ! C'est la politique désastreuse, et parfois pire que la droite (ex avec l'ANI) suivie par le pouvoir en place qui divise la gauche, renforce l’abstention et alimente le Front National.

Le résultat serait exactement le même si nous donnions de nouveau le sentiment que nous sommes en train de nous accorder, de faire notre popote, avec les solfériniens « un jour on se dispute, le lendemain on exécute », nous serions balayés comme les socialistes eux mêmes le seront, anéantissant dans le même mouvement, toute prétention pour le Front de Gauche de constituer une perspective politique crédible.

 

D'ailleurs, après les législatives partielles de la dernière période, il faut bien admettre que le Front de gauche est pour nombre de nos concitoyens, assimilé au Parti socialiste dont nous avons du mal à nous démarquer. 90 % des citoyens de ce pays considèrent que le PS reste un parti de gauche et, ce faisant, tirent un trait d’égalité, conscient ou inconscient, entre le parti majoritaire et le Front de Gauche. Le rejet du Parti socialiste est vécu par bon nombre comme un rejet de la gauche, dont il serait la principale composante, qui affecte donc la gauche alternative.

Ce dont nous avons donc besoin, ce n'est pas de nous noyer dans un pseudo « rassemblement de la gauche » mais d'une autonomie politique et programmatique conquérante.

Bref, de manière générale, si l’on est convaincu par l’analyse du FdG sur la politique désastreuse, de Hollande, tout montre que le PS sera sanctionné lors des prochaines élections municipales. Dégoûtés par le gouvernement, désorientés, en colère, beaucoup de citoyens de gauche risquent de s’abstenir. Il est donc déterminant que le Front de Gauche se fasse entendre, dans toute sa cohérence.

Surtout à deux mois des élections européennes que nous jugeons si déterminantes et où le Front de Gauche pourrait créer la surprise en passant devant le PS.

Nous n'avons pas à faire les frais de la politique de Hollande et de la gestion socialiste de La Rochelle en créant une liste artificiellement « rassemblée » qui serait probablement emportée ainsi que le Front de Gauche alors qu’il combat la politique austéritaire actuelle.

A l’inverse, tout montre (si on s’appuie sur les résultats des quatre derniers scrutins) que des listes du FdG autonomes à La Rochelle, peuvent obtenir plusieurs élus libres et indépendants du PS, et surtout bien plus nombreux qu’aujourd’hui. Les résultats obtenus à La Rochelle lors de l'élection présidentielle par Jean-Luc Mélenchon, ainsi que ceux des cantonales (là où la campagne a été menée dans une dynamique Front de Gauche) peuvent nous permettre d'avoir de l'ambition.

 

Ceux qui s’interrogent sur l’intérêt qu’il y aurait malgré tout à s’entendre dès le premier tour avec le PS, se trompent en pensant qu’ils peuvent consolider significativement leur position et devenir« un groupe charnière » incontournable !

 

Et que l'on ne vienne pas nous dire non plus que notre présence dans la majorité municipale permettrait de faire bouger des lignes dans les choix politiques locaux du PS, sauf à avoir un poids déterminant, et il pourrait encore avoir le secours de la droite comme c'est déjà le cas au parlement ! Ainsi, une fois avoir voté le budget (ce qui est une obligation quand on fait partie de la majorité municipale) nous n'aurions le droit que de nous taire, de nous opposer mais sans rien remettre en cause sur le fond... de proposer sans être entendu faute de moyen sous peine, comme les solfériniens le pratiquent déjà à Cognac ou ailleurs, d'être déchus de toute délégations au sein de l'exécutif municipal.

Car le budget municipal est, il faut le rappeler, conditionné par la politique nationale austéritaire mise en oeuvre par le couple Hollande/Ayrault dans le cadre des choix européens issus du Traité de Lisbonne, que les solfériniens ont eux-mêmes contribué à faire adopter en baffouant la volonté populaire exprimée par référendum en 2005.

Ce même budget municipal est, il faut aussi le rappeler, conditionné par la politique appliquée dans le cadre du TSCG (Traité de Stabilité Monétaire Européen) que les solfériniens ont, en 2012, fait adopter par notre parlement malgré notamment, l'opposition des forces du Front de Gauche.

 

Le PS va désigner sa candidate ou son candidat.

Depuis des mois, cela n’a occasionné finalement aucun suspens ! Fountaine ou Jaumoullié ? Jaumoullié ou Fountaine ? Les deux sont représentants locaux d'une politique mise en œuvre au niveau national et européen de plus en plus contestée et contestable dans le pays, y compris dans leurs propres rangs.

Les Rochelais, adhérents au PS, ou pas, en ont assez de cette « gauche » qui se donne en spectacle, des manœuvres d'appareils qui gangrènent la vie politique locale depuis l'épisode « Falorni », alors que les conséquences d'une gestion municipale largement contestée, cumulée à une politique nationale austéritaire et néolibérale se font de plus en plus ressentir.

La tête de liste socialiste quelle qu'elle soit, va sans doute essayer de faire entendre que nous sommes face à des choix locaux, qu’elle n’est pas responsable, ni même tout à fait d’accord, avec la politique injuste du gouvernement Hollande/Ayrault. Les Rochelais ne seront pas dupes !

 

Les Rochelaises, les Rochelais méritent une campagne cohérente, dans la clarté et sur les vrais enjeux.

 

La confrontation politique est nécessaire et doit permettre de débattre des vraies difficultés que chacun rencontre dans sa vie. Elle doit être un tout où la colère contre la politique actuelle du gouvernement n’est pas étouffée par des artifices antidémocratiques d'alliances politiciennes contre nature et incohérentes.

Car la vraie question qui traverse ce débat nécessaire est celle, fondamentale du projet écologique, social et solidaire, réellement démocratique pour La Rochelle de demain en réponse aux espoirs des Rochelaises et des Rochelais pour leur ville, leur agglomération.

Sans quoi, bénéficiant de l’abstention massive d'une grande partie de la gauche, la droite et l’extrême droite en profiteraient, et La Rochelle pourrait y perdre son caractère

La Rochelle le 27 juin 2013

Durand E./Étié D./Villalongue M. 

Commenter cet article

Articles récents

Rue du Blogule Rouge, 17180 Périgny, annonce la couleur : c'est rouge !

Hébergé par Overblog